Databac

Comment le libertinage est-il inscrit par Laclos dans les débats des Lumières ?

Publié le 18/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Comment le libertinage est-il inscrit par Laclos dans les débats des Lumières ? Ce document contient 1183 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Littérature.

« '· ,· ·;_QU ESTIO .NS 'TR)U;J"ÉES · 7 Commen t le libertinage est-il inscr it par Laclo s dan s les débats des Lumièr es ? Le terme de libertin provient du droit romain, qui opposait l'affra nchi à l'homme li bre.

Dès la Renaissance, il désigne un libre-penseur.

Au xvn• siècle, La Bruyère stig­ matise les « esprits forts ».

Quel sens cette notion a-t-elle pris au xvm• siècle ? Dans quelle mesure Laclos inscrit-il cette pratique dans les débats des Lumières ? 1.

Les condi tions du liberti nage Le libe créa teur de lui-même Au XVII" siècle, le liberti n s'af franchit de la pensée de Dieu par le rati onalisme scientif ique; au xvm" siècle, il se libère de la morale, en particulier sur le plan sexuel.

L' Enc yclopédie propose cette définition du liberti nage : « Habitude de céder à l'ins­ tinct qui nous pousse au plaisir des sens.

» Le libertinage du corps est cont raire au li bertinage de l'esprit, auquel se livrent les protagonistes de Laclos : « [ ...

] pour un li bertinage d'esprit qu'on aurait tort de vous disput er>> (CXLI).

Le libertin se forme lui -même et reven dique de n'être une créature ni de Dieu, ni de la société.

Cette prise de pouvoir de la créature contre le créateur aboutit à un renversement des valeurs.

Le liber ti�, éduca teur et prosé lyte Il se forme avec rigueur et déterm ination.

Le terme de « travail » est aussi bien util isé pour soi (CXXXIII).

C'est dans ce prosélytisme latent que réside le danger des liaisons.

Le couple de libertins se partage la for mation de Cécile, Valmont l'initiant sur le plan physique, la Marquise lu i donnant des leçons de maintien ou d'écriture.

L'éducation de Danceny procède à l'i nverse, la Marquise se consacrant au corps, Valmont au code.

C'est, au sens propre, une entreprise de per dition.

Il.

Les codes du libertinage Le de la volon té Le libertinage ne peut se com prendre que dans une société régie par des codes stricts, puisqu' il s'inscrit en réaction contre un monde qui prétend le soumettre.

Avec intellig ence et duplicité, le libertin substitue un code à un autre.

Intéressé par les stra­ tégies, il doit respecter une conduit e clair e et ordonnée : choisir, séduire, conquérir et qui tter, sans jamais tomber amoureux.

Loin d'être une simple figure de la sensualit é, le libertin est un rationali ste, qui sait user de « méthode » (CXXV).

L'ensemble des règles qu'il s'i mpose constitue un système.

Le libertin joue avec le désir, son propre désir et celui de l'autre :yil est triomphe de la pensée sur l'instinct.

Cette construction mentale se concrétise en un projet, ce dont s'inq uiète Mme de Vol anges : « Il n'a jamais fait un pas ou dit une parole sans avoir un projet » (IX).

Le libertin érige un système, ce qui fait vaciller le corps social, privé des fondements qui le légitiment.

115. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles