Databac

CARESSANT, -ANTE, participe présent et adjectif.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : CARESSANT, -ANTE, participe présent et adjectif. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

CARESSANT, -ANTE, participe présent et adjectif.  

I.—  Participe présent de caresser* 

II.—  Adjectif. 

A.—  [En parlant d'un animé] 

1. [D'une personne] 

a) Qui aime à donner des caresses, qui aime les caresses. Synonyme : câlin. J'étais un effroyable fils unique, caressant, sensible et haineux (ALEXANDRE ARNOUX, Les Gentilshommes de ceinture.  1928, page 96) : 

Ø 1. Brutal de son naturel, comme sont d'ordinaire les hommes caressants, il [Lemploy] la levait souvent cette main, mais au grand dam surtout de ses amoureuses; car d'ailleurs il n'aimait pas beaucoup à taper sur sa propre famille.

PAUL-JEAN TOULET, Mon amie Nane,  1905, page 193. 

b) [De son corps]  Bras, doigts caressants; mains caressantes. Ce long corps souple et caressant se contourne en des émotions extrêmes (EUGÈNE FROMENTIN, Un Été dans le Sahara,  1857, page 34 ). 

2. [D'un animal] :

Ø 2.... il pose sa tête sur ses épaules comme un chien caressant; il y a fraternité complète entre l'arabe et le cheval, comme entre nous et le chien.

ALPHONSE DE LAMARTINE, Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-1833) ou Note d'un voyageur, tome 2, 1835, page 242. 

Ø 3.... un jardin provincial, (...) où passe l'ombre d'une jeune fille qui enroule rêveusement sa longue tresse à son poignet, comme une couleuvre caressante...

GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, La Vagabonde,  1910, page 150. 

B.—  Par extension. 

1. a) [En parlant du regard, de la voix, des gestes ou du langage d'une personne]  Qui a la douceur d'une caresse ou qui exprime la tendresse. Geste, sourire caressant; paroles, manières caressantes : 

Ø 4. Sa voix [de M. Olliès] était claire, bien timbrée, et il y passait, par moments, une inflexion caressante qui donnait presque la sensation d'un frôlement. 

JACQUES DE LACRETELLE, Les Hauts ponts, tome 1, 1932, page 136. 

Ø 5. Il gloussait, s'efforçant de donner à son puissant organe vocal un timbre caressant et velouté :...

GEORGES DUHAMEL, Chronique des Pasquier, La Passion de Joseph Pasquier, 1945, page 16. 

—  Emploi comme substantif neutre. Le caressant de quelque chose À ce charme, Coriolis mêlait le caressant de ce joli accent mouillé de son pays, qui lui revenait quand il parlait à une femme (EDMOND DE GONCOURT, JULES DE GONCOURT, Manette Salomon,  1867, page 16 ). 

b) Qui flatte. Saint-Pierre fut piqué et se retira. D'Alembert tenta de le ramener par une lettre affectueuse, caressante (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Le Génie latin,  1909, page 224 ). 

2. [En parlant d'une chose]  Littéraire.  Qui effleure comme une caresse ou qui procure une sensation agréable à l'oeil, à l'oreille. Soleil, vent, zéphyr caressant; couleur, musique caressante. Le pinceau est brutal, violent, charnel tandis que le ciseau est caressant, discret, chaste (JULES-ANTOINE CASTAGNARY, Salons,  1857, page 42 ). Pourquoi dans les bosquets cette voix qui soupire, Et du soleil d'avril ces rayons caressants? (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Poésies complètes, Premier amour, 1829, page 27 ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 1 024. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 1 200, b) 2 159; XXe.  siècle : a) 1 682, b) 1 161. 

 

Forme dérivée du verbe \"caresser\"

 caresser

CARESSER, verbe transitif.  

A.—  Faire des caresses*. 

1.  [Le sujet désigne une personne] 

a) [Le complément désigne une personne]  Caresser un enfant, une femme; caresser ses cheveux, son épaule : 

Ø 1. Surtout ils [les bergers] s'occupent des enfants. Eux, à qui les leurs manquent tant, ils s'emparent de ceux de leurs hôtes. Ils les prennent sur leurs genoux, les câlinent et les caressent.

JOSEPH DE PESQUIDOUX, Chez nous,  1921, page 240. 

—  Par antiphrase, populaire.  Frapper. Caresser les côtes de quelqu'un : 

Ø 2.... poissarde en fanchon, qui, de l'arrière, à la place des laquais et des malles, caressait du plumeau les enfants acharnés à lui tirer les jupons;...

PAUL ADAM, L'Enfant d'Austerlitz,  1902, page 13. 

b) [Le complément désigne un animal]  Caresser un chat, un chien. Il (...) parlait à ses boeufs, les caressait à lisse et à contre-poil (MARCEL AYMÉ, La Jument verte,  1933, page 65 ). 

c) [Le complément désigne une chose]  Caresser un objet. L'effleurer de la main ou en éprouver le contact. Andrea caressait toujours le manche de son poignard (PIERRE-ALEXIS, VICOMTE PONSON DU TERRAIL, Rocambole, les drames de Paris, tome 1, L'Héritage mystérieux, 1859, page 315 ). Il se jetait littéralement sur le binocle; ses doigts caressaient la convexité des verres (GASTON LEROUX, Le Mystère de la chambre jaune,  1907, page 78 ). 

Remarque : [Le complément désigne une partie du corps] Se caresser la barbe, le menton (au lieu de caresser sa barbe, etc.). 

—  Par métaphore, poétique. Caresser un instrument de musique. En jouer délicatement : 

Ø 3.... Ô Myrrha,

Notre jeune Iollas, qui souvent t'admira,

Va venir près de nous, sous l'arbre qui soupire,

Dénouer nos cheveux et caresser la lyre.

THÉODORE DE BANVILLE, Les Stalactites, Idylle, 1846, page 303. 

—  Au figuré, populaire. Caresser la bouteille. Avoir un penchant pour la boisson. Ma mère, tout en gardant au capitaine une indulgence de soeur, l'invitait parfois à moins caresser les flacons d'eau-de-vie (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Le Crime de Sylvestre Bonnard,  1881, page 287 ). 

d) Par extension. Caresser quelqu'un ou quelque chose du regard, des yeux. Regarder tendrement : 

Ø 4. Jacques épiait avec ravissement cette métamorphose. Il caressait du regard le jeu des ombres sur le buste mobile, l'ondulation des muscles sous l'étoffe, le rythme de la respiration.

ROGER MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, page 366. 

2. [Le sujet désigne une chose]  Littéraire.  Effleurer délicatement. La brise, le soleil, le vent caressent quelque chose ou quelqu'un; un son caresse l'oreille. Je descendis à ma cabine : je me couchai, balancé dans mon hamac au bruit de la lame qui caressait le flanc du vaisseau (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, tome 1, 1848, page 245) : 

Ø 5. À peine la classe était-elle commencée, que des parfums domestiques venaient caresser l'odorat du professeur.

JULES FLEURY-HUSSON, DIT CHAMPFLEURY, Les Souffrances du professeur Delteil, 1855, page 133. 

3. Emploi pronominal.  [Le sujet désigne une personne ou un animal, plus rarement une chose dotée de mouvement] 

a) Réciproque. Je vois paisiblement nos deux institutrices se caresser, se bécotter, se disputer pour le plaisir de s'aimer mieux après (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, Claudine à l'école, 1900, page 156) : 

Ø 6. C'était toujours un dessus-de-lit, bleu de roi, piqué, et recouvert d'un réseau de dentelles au point d'Angleterre. Dans ce réseau on brodait deux colombes qui se caressaient du bec;...

HENRI BOSCO, Le Mas Théotime,  1945, page 17. 

b) Réfléchi. Se caresser à quelqu'un, à ou contre quelque chose.  Se frotter doucement à, contre, etc. La douce eau contre le rivage / Se caresse nonchalamment (ANNA DE NOAILLES, Les Éblouissements,  1907, page 226) : 

Ø 7.... cette douce nuque offerte n'attendait rien ni personne : elle se caressait à ce col de veste et jouissait d'elle-même,...

JEAN-PAUL SARTRE, La Mort dans l'âme,  1949, page 117. 

B.—  Au figuré, littéraire.  [Le sujet désigne une personne] 

1. [L'objet désigne une personne (peu usité) ou une de ses qualités]  Flatter —  en bonne et en mauvaise part —  Caresser l'amour propre, l'orgueil, la vanité de quelqu'un. Madame de Talleyrand se souvint que le Garde des Sceaux caressait beaucoup l'abbé de Périgord, son fils (NICOLAS-SÉBASTIEN ROCH, DIT DE CHAMFORT, Caractères et anecdotes,  1794, page 100) : 

Ø 8.... son supérieur, le Duc de Bretagne, Jean V, le caresse et le choie, afin de lui extorquer à bas prix ses terres.

GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, Là-bas, tome 2, 1891, page 98. 

Ø 9. On décida que je prononcerais le discours d'ouverture. Ce choix flatteur caressa doucement la vanité de mon coeur...

ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, La Vie en fleur,  1922, page 421. 

—  Emploi pronominal réciproque.  S'adresser des propos flatteurs plus ou moins sincères (confer caresse B) : 

Ø 10. On se traite de part et d'autre [Français et Vénitiens] d'abord avec toutes les douceurs, toutes les affabilités du sourire, pour mieux se tromper : on se caresse et on ment. 

CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, tome 8, 1851-62, page 391. 

2. [L'objet désigne une abstraction]  Entretenir avec complaisance. Caresser une ambition, une chimère, un désir, une idée, une pensée, un projet, un rêve; caresser l'espoir ou l'espérance de : 

Ø 11.... il caressait le rêve d'avoir à son tour un coin de terre, où il bêcherait et planterait à son aise.

ÉMILE ZOLA, La Conquête de Plassans,  1874, page 1160. 

—  Emploi pronominal : 

Ø 12. Quel charme et quel attrait dans toutes ces précautions! Comme la curiosité s'y pique, et que l'amour-propre, sans y songer, s'y chatouille et s'y caresse!

CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Port-Royal, tome 5, 1859, page 384. 

Remarque : On rencontre dans la documentation le dérivé caressable, adjectif.  Qui accepte les caresses; docile. Jamais elle ne grondait cet enfant, espérant qu'il demeurerait un être caressable (LOUISE DE VILMORIN, La Fin des Villavide, 1937, page 137). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 2 498. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 2 566, b) 3 707. XXe.  siècle : a) 4 226, b) 3 909. 

 

Liens utiles