Databac

CAPOTE1, substantif féminin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : CAPOTE1, substantif féminin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

CAPOTE2, substantif féminin.  

Couverture amovible d'une voiture (dite décapotable*). Abaisser, rabattre, replier, relever la capote. Une vieille berline de voyage, à deux chevaux, la capote abaissée, attendait sur la place (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Les Dieux ont soif, 1912, page 122) : 

Ø 1. Le cabriolet choisi par Guillaume était une voiture à deux places, couverte d'une capote de cuir qui se baissait à volonté.

ÉMILE ZOLA, Madeleine Férat,  1868, page 177. 

—  Par extension, en technologie.  Dispositif de protection placé au-dessus d'une cheminée : 

Ø 2. La capote [est une] feuille de tôle convexe supportée par des tringles en fer [pour s'opposer] à l'entrée du vent et de la pluie dans un tuyau.

E. ROBINOT, Vérification, métré et pratique des travaux du bâtiment, tome 5, 1928, page 90. 

STATISTIQUES : Capote1 et 2. Fréquence absolue littéraire : 530. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 254, b) 968; XXe.  siècle : a) 1 187, b) 799. 

 

Forme dérivée du verbe \"capoter\"

 capoter

CAPOTER1, verbe transitif.  

[En parlant d'un véhicule ou d'une embarcation]  Se retourner sens dessus dessous (confer capote2 ); chavirer (confer capot2 ) de manière que le capot soit en dessous : 

Ø 1. L'avion venait de sauter par-dessus, comme un cheval. Il commençait à tourner autour du champ. En bas, pas un morceau de glace ne sonnait dans un verre; tous guettaient des cris.

—  Le capotage, reprit Scali. Sûrement il n'a plus de pneus...

Il agitait ses bras courts, comme s'il eût voulu aider l'avion. Celui-ci toucha terre, s'infléchit, accrocha l'extrémité d'un plan et cela sans capoter. 

ANDRÉ MALRAUX, L'Espoir,  1937, page 478. 

—  Par métaphore : 

Ø 2.... son intervention [du député Gardas] avait fait capoter l'actuelle équipe au pouvoir.

PAUL VIALAR, La Chasse aux hommes, La Bête de chasse, 1952, page 181. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 11 

DÉRIVÉS : Capotage,  substantif masculin.  Accident par lequel un véhicule culbute et se retourne sens dessus dessous pour se retrouver sur la capote. Les deux cent vingt kilomètres de route sont d'une affreuse monotonie; n'étaient deux accidents rencontrés, l'un ayant causé quatre morts, l'avant-veille; l'autre, venant de se produire : simple capotage; nous assistons à l'extraction de deux dames pas trop endommagées, mais pantelantes, de dessous l'auto retournée (ANDRÉ GIDE, Carnets d'Égypte,  1939, page 1049 ). 

 

CAPOTE1, substantif féminin.  

A.—  MODES et HABILLEMENT.  

1. Vieux. 

a) Mante à capuchon tombant jusqu'aux pieds, portée autrefois par les femmes. 

b) Chapeau de femme, garni de rubans, à brides et à coulisse. Elle avait une jolie capote doublée de rose qui encadrait parfaitement sa figure, en dissimulait les contours, et la ravivait (HONORÉ DE BALZAC, Le Colonel Chabert,  1835, page 101) : 

Ø 1. Comme elle était jolie avec sa petite mine fraîche traversée par le reflet papillotant de l'eau, sous sa grande capote de paille, emboîtant la tête de toute part. Une capote comme on n'en voit plus guère.

ÉMILE MOSELLY, Terres lorraines,  1907, page 176. 

2. Par extension, usuel.  Manteau militaire, ample et lourd : 

Ø 2. Des soldats du dehors confluent au pied des murailles; les soldats du dedans se tiennent renfermés. L'air retentit des imprécations des désespérés forclos, vêtus de sales lévites de cosaques, de capotes rapetassées, de manteaux et d'uniformes en loques,...

FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, tome 2, 1848, page 454. 

Ø 3. Je ne sais qui fit cadeau à maman d'une pièce de drap d'officier bleu horizon; une couturière y tailla pour ma soeur et moi des manteaux qui copiaient exactement les capotes militaires.

SIMONE DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, page 30. 

B.—  Argot. Capote anglaise ou, absolument, capote. Préservatif masculin (Confer Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1887, page 711). 

 

 

 

Forme dérivée du verbe \"capoter\"

 capoter

CAPOTER1, verbe transitif.  

[En parlant d'un véhicule ou d'une embarcation]  Se retourner sens dessus dessous (confer capote2 ); chavirer (confer capot2 ) de manière que le capot soit en dessous : 

Ø 1. L'avion venait de sauter par-dessus, comme un cheval. Il commençait à tourner autour du champ. En bas, pas un morceau de glace ne sonnait dans un verre; tous guettaient des cris.

—  Le capotage, reprit Scali. Sûrement il n'a plus de pneus...

Il agitait ses bras courts, comme s'il eût voulu aider l'avion. Celui-ci toucha terre, s'infléchit, accrocha l'extrémité d'un plan et cela sans capoter. 

ANDRÉ MALRAUX, L'Espoir,  1937, page 478. 

—  Par métaphore : 

Ø 2.... son intervention [du député Gardas] avait fait capoter l'actuelle équipe au pouvoir.

PAUL VIALAR, La Chasse aux hommes, La Bête de chasse, 1952, page 181. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 11 

DÉRIVÉS : Capotage,  substantif masculin.  Accident par lequel un véhicule culbute et se retourne sens dessus dessous pour se retrouver sur la capote. Les deux cent vingt kilomètres de route sont d'une affreuse monotonie; n'étaient deux accidents rencontrés, l'un ayant causé quatre morts, l'avant-veille; l'autre, venant de se produire : simple capotage; nous assistons à l'extraction de deux dames pas trop endommagées, mais pantelantes, de dessous l'auto retournée (ANDRÉ GIDE, Carnets d'Égypte,  1939, page 1049 ). 

 

CAPOTER1, verbe transitif.  

[En parlant d'un véhicule ou d'une embarcation]  Se retourner sens dessus dessous (confer capote2 ); chavirer (confer capot2 ) de manière que le capot soit en dessous : 

Ø 1. L'avion venait de sauter par-dessus, comme un cheval. Il commençait à tourner autour du champ. En bas, pas un morceau de glace ne sonnait dans un verre; tous guettaient des cris.

—  Le capotage, reprit Scali. Sûrement il n'a plus de pneus...

Il agitait ses bras courts, comme s'il eût voulu aider l'avion. Celui-ci toucha terre, s'infléchit, accrocha l'extrémité d'un plan et cela sans capoter. 

ANDRÉ MALRAUX, L'Espoir,  1937, page 478. 

—  Par métaphore : 

Ø 2.... son intervention [du député Gardas] avait fait capoter l'actuelle équipe au pouvoir.

PAUL VIALAR, La Chasse aux hommes, La Bête de chasse, 1952, page 181. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 11 

DÉRIVÉS : Capotage,  substantif masculin.  Accident par lequel un véhicule culbute et se retourne sens dessus dessous pour se retrouver sur la capote. Les deux cent vingt kilomètres de route sont d'une affreuse monotonie; n'étaient deux accidents rencontrés, l'un ayant causé quatre morts, l'avant-veille; l'autre, venant de se produire : simple capotage; nous assistons à l'extraction de deux dames pas trop endommagées, mais pantelantes, de dessous l'auto retournée (ANDRÉ GIDE, Carnets d'Égypte,  1939, page 1049 ). 


Liens utiles