Databac

Aménagement des cours d'eau à truites: il convient de ne pas oublier qu'un fonds d'eau est habité par un ensemble d'êtres vivants, c'est une biocénose fragile, donc un biotope à ménager.

Publié le 17/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Aménagement des cours d'eau à truites: il convient de ne pas oublier qu'un fonds d'eau est habité par un ensemble d'êtres vivants, c'est une biocénose fragile, donc un biotope à ménager. Ce document contient 339 mots soit 1 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Faune et Flore.

« 1 / 2 Aménagement des cours d'eau à truites: il convient de ne pas oublier qu'un fonds d'eau est habité par un ensemble d'~tres vivants, c'est une biocénose fragile, donc un biotope à ménager Il ne sera question que des cours d'eau à trui­ tes, les mieux étudiés et présentant pour la pêche le plus d'importance.

Lorsqu'on observe l'évolution d'une population de truites en riviè­ re pendant une période allant de l'éclosion jusqu'à l'âge de 30 mois (Allen et Macan), on note ceci: Nombre d'individus 1000 7à12mois 1 à 30 mois Poids d'un sujet 0,1 g 200 g 450 g Poids des truites vivantes 0.1 kg 1,40 kg 0,45 kg Poids des truites mortes 0 2,20 kg 4,10kg Production totale 0,1 kg 3,60 kg 4,65 kg On voit que.

dans le cas considéré, c'est à l'âge d'un an que le poids des sujets vivants est le plus grand; il convient donc de commencer, à cet âge-là, l'exploitation du cours d'eau par la pêche; avant, ses possibilités ne sont pas utili­ sées; après, les mortalités naturelles privent le pêcheur d'une grande partie de la biomasse.

Un peuplement peu dense provoque une croissance rapide, une mortalité d'ordinaire réduite et, en définitive, une production éle­ vée.

Une densité de population trop forte, en ralentissant la croissance et en augmentant la mortalité, n'accroît pas sensiblement la pro­ duction par unité de surface.

L'aménagiste doit tenir compte de l'action des facteurs du milieu: pente du cours d'eau, tem- pérature, taux d'oxygène dissous, teneur en éléments nutritifs, caractéristiques du bassin versant (boisé ou non).

variations de niveau, compétition entre individus, prédation par poissons, oiseaux, mammifères ou insectes.

En définitive.

le rendement est fonction sur­ tout de la nourriture qui doit être appréciée par l'aménagiste; elle consiste essentielle­ ment en un petit nombre de larves d'insectes cachées sous les pierres ou dans les végétaux, formant ce qu'on appelle d'ordinaire «capacité biogénique)).

La structure de la population par classes d'âge dans un secteur du cours d'eau est détermi­ née par des inventaires.

On en déduit les cor­ rections qui s'imposent, les repeuplements éventuels, la réglementation de l'effort de pêche. 2 / 2. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles