Databac

Etolie, Confédération ou Ligue étolienne

Etolie, Confédération ou Ligue étolienne. L'Étolie était une région du centre de la Grèce, limitée à l'ouest par l'Acarnanie et au sud par le golfe de Corinthe. Sa ville la plus célèbre, près de la côte, était Calydon. Comme sa propre côte était marécageuse et ne possédait pas de port, l'histoire de l'Étolie fut celle d'une puissance terrestre. Au Ve siècle av. J.-C. elle n'était pas développée et pas organisée en cités, mais en tribus (Thucydide signale que l'on prétendait que l'une de ces tribus parlait un dialecte presque inintelligible et qu'elle mangeait de la viande crue). Sa puissance augmenta après 370 av. J.-C. quand fut formée la Ligue étolienne, qui se développa encore après la mort d'Alexandre le Grand en 323. La Ligue fut d'abord gouvernée par une assemblée composée de tous les citoyens étoliens libres (qui incluait les citoyens des cités fédérées dans le territoire adjacent) ; à sa tête il y avait un général élu tous les ans. Le conseil (boulé ou syne-drion), composé de délégations des cités confédérées proportionnelles à leurs contingents militaires, contenait quelques milliers de membres. C'est pourquoi la direction revenait à un petit comité du conseil, les apokletoi. L'assemblée conservait néanmoins la décision de la paix ou de la guerre. À partir d'environ 290, la Ligue occupa Delphes, et étendit progressivement son territoire jusqu'à ce qu'en 220 elle contrôlât l'ensemble du centre de la Grèce en dehors de l'Attique, et devînt la principale rivale de la Macédoine dans la péninsule, et la première alliée de Rome en Grèce. Ultérieurement, l'hostilité de la Ligue envers Rome, et sa coopération avec Antiochos III lors de sa guerre contre Rome, amena sa chute, et après la défaite d'Antiochos en 189 les Étoliens furent contraints à devenir les alliés-sujets des Romains.

Liens utiles